Suivant

Malédiction de Cham : autopsie d’un cerveau noir aliéné

14 Vues· 13 Nov 2021
Nehanda Nyakasikana
12

⁣Malédiction de Cham : autopsie d’un cerveau noir aliéné

⁣Parmi les récits bibliques, conformes aux interprétations négrophobes du texte de l’Ancien Testament, largement propagés par les exégètes européens qui ont fait apologie de la colonisation, il va sans dire que l’histoire de Noé et de ses fils se tient en tête de liste. Selon cette version de l’histoire du Livre Saint des Blancs, la « race » noire descend de Cham, qui, en apercevant la nudité de son père se moqua de lui et attira de la sorte la malédiction de Noé. Ce qui explique par atavisme historique que les Noirs seraient une « race » maudite. Il est clair que cette page des récits bibliques me chatouille un peu puisqu’elle touche même à la santé psychologique des Noirs. D’un côté, le Livre Saint des Blancs présente une histoire à laquelle les Noirs sont, de par leur condition socio-culturelle, davantage sensibles que les Blancs : les interdits, les sacrifices, les pratiques divinatoires, la polygamie, etc. De l’autre, le Livre Saint des Blancs tend à réhabiliter leur civilisation et leur société en fonction même du système de valeurs prestigieux des colonisateurs, qui, soit dit en passant, supérieur, rétablirait l’égalité historique entre les Noirs et les Blancs. En ce sens, on comprend donc pourquoi les Noirs christianisés se tournent vers la Bible avec autant plus d’empressement et l’assimilent d’autant plus facilement à leur patrimoine mythique. Au point que certains Noirs fortement christianisés et abrutis par l’idéologie de la suprématie blanche chrétienne prêchent encore la version de l’histoire de Noé et de ses fils. Deux hypothèses permettent d’expliquer l’adoption de cette version biblique par les Noirs.


⁣Le complexe d’infériorité :
En premier lieu, le sentiment infériorité peut être si fortement intériorisé que l’on accepte de se considérer comme une « race » maudite. Que ce soit en reconnaissant la prétendue supériorité [notamment technique acquise par le « bon choix »] des Blancs légitimée par l’exploit de leur ancêtre mythique ou encore en acceptant cette fois-ci la dégradation de la condition des Noirs par le « mauvais choix » opéré par leur ancêtre mythique, ainsi que leur subordination par l’autorité divine aux Blancs. Il n’y a qu’un esprit noir fortement christianisé et/ou islamisé et perturbé pour assimiler de telles inepties. L’idéologie de la suprématie blanche, qui, matérialisée par ailleurs par l’esclavage, a engendré chez les Noirs, un sentiment d’infériorité et d’inégalité profonde, une honte de leur héritage, qu’il soit culturel, spirituel ou « racial ». De là, les Noirs aliénés se proposent à une seule chose : devenir l’égal des Blancs. En ce sens, ils [Noirs aliénés] doivent alors solliciter la coopération des Blancs et accepter volontiers d’être comme de véritables éponges vivantes qui absorbent toute les idéologies blanches pensées ou non contre eux. Ainsi, les Noirs, en acceptant qu’ils descendent de Cham [c’est comme les Antillais avec le « nos ancêtres les gaulois »], justifient en plus de la soi-disant « malédiction de Cham » qu’ils sont en réalité une variante de la « race » blanche, un sous-groupe caucasien pour faire simple. Ce qui est une invite à la négrophobie et l’asservissement des Noirs. Voyons maintenant l’autre hypothèse qui permet d’expliquer l’adoption de cette version biblique par les Noirs.


⁣L’échappatoire à la malédiction :
En second lieu, il semble que les récits bibliques de ce type [l’histoire de Noé et de ses fils] permettent aux adeptes noirs de ces religions d’emprunt (christianisme et islam) de prendre une certaine distance par rapport à la religion traditionnelle et à leur communauté d’origine, car leur conversion implique l’identification avec le monde chrétien ou islamique et blanc. Le conte de Cham autorise le Noir christianisé ou islamisé à rejeter légitimement les erreurs de l’ancêtre mythique coupable par son « mauvais choix » opéré et, par cela même, rompre la solidarité avec sa famille et amis qui, en restant fidèles aux croyances anciennes, demeurent sous le coup de la malédiction dont leur ancêtre fut frappé par son père, et qui aurait eu pour résultat l’altération du teint de Cham et l’asservissement de sa postérité.



⁣Conclusion :
En somme, pour ces raisons et pour bien d’autres, je suis en accord avec le fait que la rencontre de l’esprit noir avec le système du monde occidental a fortement impacté le système cognitif des Noirs : qu’un Noir dise que les Noirs sont des descendants de Cham, le fils de Noé, il faut qu’il soit sacrément shooté à la Bible ou au Coran. Je pense avoir assez bien montré que c’est ridicule de faire une telle affirmation selon laquelle les Noirs, en leur qualité de « fils de Cham », auraient été maudits péchés. Ce qui entre en contradiction avec la science qui, elle, apporte les preuves de l’origine de l’espèce humaine et explique les processus qui ont conduit à la colonisation de la Terre par cette dernière. Il est clair que le monde occidental, capitaliste et esclavagiste de l’époque n’a éprouvé aucune honte à justifier le crime contre l’humanité qu’est l’esclavage par les péchés de Cham. Dans cette optique, il s’agissait donc pour ce système de produire une idéologie la mieux adaptée aux intérêts de l’élite blanche. Cependant il est essentiel que les Noirs christianisés et islamisés, en l’occurrence, puissent se débarrasser de ces religions importées imbues de leur prétendue supériorité sur la spiritualité africaine. Il s’agira alors pour les Noirs de se retrouver et repenser leur propre paradigme. Ceci m’amène donc à me demander s’il est toujours possible que les Noirs puissent (encore) se retrouver un jour pour parler ne se reste que d’une seule voie sur le plan spirituel quand on sait à quel point les Noirs sont tellement partagés et pathologiquement enracinés aujourd’hui dans les différentes sensibilités du christianisme et l’islam.



Fara Ekolo : ⁣https://faraekolo.wordpress.co....m/2020/12/11/maledic

Montre plus

 0 commentaires sort   Trier par


Suivant